ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Suppression du remboursement différencié pour les opticiens

Mme Cathy Apourceau-Poly attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’importance de compléter le « 100 % Santé » pour éviter toute subsistance du reste à charge subi.
Assurer aux Français un remboursement à 100% sur leurs lunettes est une première étape indispensable, mais qui pourrait se révéler incomplète s’ils doivent, par exemple, avancer les frais de leur remboursement (240 euros en moyenne), choisir un équipement correcteur en méconnaissance de la prise en charge complémentaire à laquelle ils ont droit, ou subir un reste à charge en raison d’un remboursement fortement amoindri dû aux pratiques des réseaux de soins (certains réseaux prévoient des remboursements différenciés de plus de 400% !).
Or, dans un contexte où la réforme du « 100 % Santé » s’adresse d’abord aux Français les plus fragiles, le maintien de telles dispositions pourrait altérer sa portée effective en ce qu’elles créent
une rupture d’égalité ; chaque euro cotisé ne donnant pas les mêmes droits selon le professionnel de santé et brouillant ainsi le message social du « 100% Santé ».
N’est-il pas non plus, logique avec la démarche écologique et environnementale du Gouvernement, de privilégier la proximité, au lieu d’imposer aux Français de faire des kilomètres inutiles pour un choix d’opticien en réseau alors qu’ils pourraient être de bon citoyens éco responsables et bénéficier des même avantages partout si le remboursement différencier était supprimé.
Madame la sénatrice souhaiterait connaître la position du Gouvernement quant à la suppression du remboursement différencié, ainsi que les actions qu’il envisage pour lutter contre toutes les formes de reste à charge subi.