ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Intervention sur le traitement de l’insuffisance rénale

Cathy Apourceau-Poly est intervenue en commission des affaires sociales ce mercredi 4 février 2020.

Cette réunion était consacrée à l’audition de Jean Pierre Viola (conseiller maître à la Cour des Comptes) sur la prise en charge de l’insuffisance rénale. Cette audition fait suite au rapport de la Cour des Comptes sur ce sujet.

Cathy Apourceau-Poly a rappelé les techniques peu scrupuleuses des centres de soins à but lucratif.

Elle a ainsi demandé si les centres à but non-lucratif avaient la capacité de prendre en charge les patients qui se tournent actuellement vers les centres à but lucratif.

Enfin, elle a demandé si la France consacre suffisamment de moyens à la recherche sur ces maladies.

Suite à cette intervention, Jean-Pierre Viola a répondu à Cathy Apourceau-Poly.

Même s’il botte en touche à propos de la répartition des soins entre lucratif et non-lucratif. Il admet que les niveaux de rémunérations doivent prendre en compte l’ensemble des coûts sans biais. Ce manque de prise en compte entraîne une absence de baisse des prestations dans le secteur lucratif.

Réponse de Jean-Pierre Violat, conseiller maître à la Cour des Comptes, aux question de Cathy Apourceau-Poly